Un personnage avec une surdité, mais pourquoi ?

Les aventures d'Oxygène

Mon roman jeunesse Les aventures d’Oxygène, illustré par Anto, sort demain en version numérique. À cette occasion, j’ai sollicité quelques blogueurs et blogueuses pour des services de presse. Parmi les retours obtenus, il y a eu la superbe chronique d’Abby (que vous pouvez retrouver dans son entièreté ici). On pouvait y lire ceci :

Hormis ces figures de poils et de plumes, nous avons également connaissance de la famille qui adopte Oxygène : une maman, un papa, et deux [trois] enfants dont l’un d’entre eux qui est sourd ! J’ai trouvé cela original, même si j’aurai aimé que cette caractéristique particulière soit je sais pas plus utile dans le récit. C’est intéressant de découvrir un personnage sourd, mais du coup pour quoi faire ? Voilà la question que je me suis posée durant ma lecture.

Vraiment, un grand merci à Abby d’avoir soulevé ce point, car je voulais justement en parler !
Effectivement, j’ai fait le choix d’intégrer parmi mes personnages un jeune adolescent sourd et cette caractéristique ne sert en rien à dérouler le fil de l’histoire. Mais alors, pourquoi ?
Les personnes atypiques et/ou porteuses de handicap(s) font partie de notre monde, ils  et elles sont tout aussi humains.es que les personnes dans la norme et/ou valides. Ne justifier leur place parmi l’humanité, même au sein de fictions, que par une utilisation de leurs particularités serait à mon sens terriblement validiste (Remarque : le validisme est une oppression vécue par les personnes vivant en situation de handicap physique ou mental.).
La surdité de Titouan est l’une des caractéristiques de sa personne. Sur ma fiche personnage, on peut lire qu’il a 14 ans, qu’il se définit comme un garçon, qu’il a une silhouette longiligne, un visage étroit encadré de cheveux châtains, qu’il a les yeux noisette, un nez fin et court, des lèvres fines, qu’il est sourd et n’aime pas oraliser, préférant utiliser la langue des signes française, qu’il est très à l’aise dans son corps, qu’il est droitier, etc.  La surdité fait partie de lui et n’a pas plus d’utilité dans mon récit que la couleur de ses cheveux ou de ses yeux. Cela pourrait (par exemple, dans un thriller où une psychopathe ne s’attaquerait qu’à des adolescents correspondant à cette description), mais il ne viendrait à l’esprit de personne que la couleur des cheveux doive obligatoirement jouer un rôle dans une histoire.
Comme souvent lorsque j’écris, surtout pour la jeunesse, quelques uns de mes choix sont fortement teintés de militantisme. En l’occurence, il se trouve que je ne suis ni une personne typique, ni totalement valide… Alors forcément, j’avais envie de travailler pour lutter contre le validisme. C’est dans cette optique que Titouan est né ! Il me semble que plus les personnes « hors norme » seront représentées dans les fictions juste parce qu’elles sont humaines et plus leurs différences seront acceptées.
Qu’en pensez-vous ?

COUV OXYGENE (5.5x8.5_Cream_140) - copieLes aventures d’Oxygène, à retrouver sur Amazon !

Concours : un album jeunesse à gagner !

Bonjour à tous !

En septembre 2017, sortira un prochain album jeunesse en collaboration avec Korrig’Anne. Vous y retrouverez Nicolas et sa famille, mais… quel thème central sera donc abordé dans ce nouveau volume ?

concours un livre gratuit

Je vous invite à participer à un concours et à me proposer deux thèmes via le formulaire ci-dessous. Une personne sera tirée au sort parmi les bonnes réponses et gagnera le fameux album mystère* !

_______
*Si vous avez écouté mon interview sur Avranches FM dans l’émission Focus, un indice a été glissé par l’animateur…

EnregistrerEnregistrer

Jouer avec les mots

Il y a quelque temps, j’avais écrit un article au sujet des polices d’écriture pour les albums jeunesse : pourquoi du cursif ? (N’hésitez pas à cliquer pour connaître mon opinion à ce sujet.)

Aujourd’hui, pour faire suite à la jolie chronique d’Agathe (elle est à découvrir par ici : Les lectures d’Agathe), je vais vous expliquer pourquoi Isaa et moi avons choisi d’intégrer le texte directement dans les peintures. Il a d’ailleurs été peint par Isaa dans/sur les originaux de ses acryliques (vous pourrez d’ailleurs en découvrir sur certains salons, vous verrez comme ils sont beaux !).

Dans mon travail d’orthophoniste, je me retrouve très souvent face à des personnes en grande difficulté au niveau de leur fonctionnement de pensée. Leur pensée est en effet terriblement rigide avec un manque flagrant de souplesse. Je me suis d’ailleurs beaucoup formée sur les rééducations de ces pathologies, car c’est un sujet qui me passionne !
Le texte et les illustrations poétiques de L’arbre à chats sont au contraire une invitation à la mobilité de pensée. Isaa a parfaitement suivi le scénario proposé : le texte joue avec les décors et les personnages tout en proposant l’écriture en cursive qui m’est si chère.
Pourquoi est-il particulièrement adapté aux enfants de 3 à 6 ans ? Parce qu’outre le contenu étudié pour cette tranche d’âge, cela permet aux jeunes enfants de constater que l’écrit n’est pas une structure figée, c’est au contraire un outil très malléable. L’enfant pourra donc — accompagné de l’adulte — s’amuser à chercher le texte ainsi que tous les petits détails écrits cachés par Isaa dans ses illustrations !
Un album jeunesse n’est pas là que pour apprendre du « concret », mais aussi pour apporter une ouverture d’esprit, un moment de rêve, une évasion…

Sur ce, je vous laisse découvrir un original scanné de cet étrange arbre à chats !

Le cha câlin

L’arbre à chats ou la genèse d’un album jeunesse

L'arbre à chats

Il arrive bientôt, L’arbre à chats ! Sortie officielle le 23 avril et début des pré-commandes sur ma boutique en ligne dimanche 16 (avec une surprise en cadeau pour toute pré-commande, qu’elle ait lieu en salon ou sur mon site) !
Il est vraiment temps pour moi de vous en dévoiler un peu plus.

Cet album est né d’une rencontre fortuite, mais le hasard n’existe pas, n’est-ce pas ?

J’ai donc découvert l’artiste-peintre Isaa par une belle journée de novembre et suis tombée en amour avec son œuvre. Tout naturellement, l’envie de travailler avec elle a commencé à poindre…
C’est donc en hommage à ses peintures que j’ai écrit le scénario de L’arbre à chats.

À la fois poétique et onirique, ce texte a pour vocation de s’effacer sous les touches de pinceau d’Isaa, afin de laisser se déployer les couleurs de l’artiste. Les peintures réalisées à l’acrylique offrent une multitude de détails à commenter avec les enfants, alliant humour et sensibilité. Quant au thème, il invite tout un chacun à accepter avec bienveillance ses multiples parts intérieures…

Pour finir, je vous offre une illustration inédite. Vous pourrez y découvrir un peu plus la « patte » d’Isaa ainsi que sa magnifique approche des limites, souvent visibles dans l’album.

Le chat qui dort

Le chat qui dort

Informations techniques :
— livre imprimé de 25 pages (imprimé par Spektar) ;
— 21x21cm ;
— couverture souple ;
— prix de vente : 9€.

Pour en découvrir plus à propos de mes choix d’écriture pour la jeunesse, c’est par ici :
Pourquoi des textes courts ?
Des prénoms ou pas de prénoms ?
Pourquoi une écriture cursive ?