Un nouveau concours de nouvelles !

Pour le concours de printemps, nous avons reçu plein de nouvelles, c’est chouette ! Tellement chouette qu’avec Lézard des mots, on remet ça !

Nouvelle saison, c’est l’été qui sera à l’honneur avec une remise des textes au 31/03/2023, minuit.

Toutes les informations concernant cet appel à textes se trouvent juste ici, enjoy !

Chronique n°90 : Urbex, Fantôme et drôle d’enquête, Léon Maé Morgan, Jeanne Sélène Éditions.

Un nouvel avis pour « Urbex, fantômes et drôle d’enquête » ! Merci à Fabienne pour ce billet.

Chroniqueuse ⏺️ Les Avis Livresques de Fleur 🌹

Je m’excuse pour le retard de publication de ma Chronique.

RÉSUMÉ :

Je profitais tranquillement de mon spot d’urbex préféré, une maison en ruine pas loin d’une petite rivière — idéale pour garder les bières au frais —, quand a débarqué le fantôme d’une fillette.
Si je m’attendais à un truc de ce genre, moi, un quadragénaire tout ce qu’il y a de plus normal !

Et me voilà à chercher son chien et ses parents !

Vous auriez fait quoi à ma place ?
Bien sûr, je ne pensais pas me retrouver au beau milieu d’une enquête pour meurtre !
Bref, je suis dans de beaux draps !

Urbex, Fantôme et drôle d’enquête, LÉON MAÉ MORGAN, Jeanne Sélène Éditions.

MA CHRONIQUE :

Dernière chronique pour l’année 2022.

Je remercie Jeanne Sélène, la Maison d’Édition, JS Éditions, pour sa confiance renouvelée et l’envoi de ce Service Presse au Format Broché…

Voir l’article original 184 mots de plus

Chronique n°81 : De Profundis, Carole Boucly, Jeanne Sélène Éditions.

Une chronique pour De profundis, de Carole Boucly !

Chroniqueuse ⏺️ Les Avis Livresques de Fleur 🌹

Date de sortie : 06 octobre 2022.

RÉSUMÉ :

Qui se cache dans les profondeurs ?

Agnès Belleville est une jeune horlogère de renom. Lorsqu’elle retourne sur l’île bretonne de son enfance pour le travail, nul doute qu’elle devra garder la tête froide pour affronter sa famille avec laquelle elle est restée en mauvais termes. Mais d’inquiétants événements se succèdent bientôt sur l’île et Agnès se retrouve à mener une enquête mêlant présent et passé.

Elle n’est pas au bout de ses surprises et l’ambiance tourne au cauchemar. Une chose est sûre, secrets de famille et légendes locales ne font pas bon ménage et la rationalité d’Agnès pourrait bien en prendre un coup…

Ce roman est présélectionné pour le Prix littéraire de l’imaginaire booksphère 2023 dans la catégorie « adultes ».

DE PROFUNDIS, Carole Boucly, JS Éditions.

Ma Chronique ci-dessous :

Je remercie Jeanne Sélène pour sa confiance renouvelée pour ce Service…

Voir l’article original 318 mots de plus

Chronique : La petite voix — Mia Lee

La petite voix est une biographie de Mia Lee. De son premier souvenir à sa vie actuelle, elle nous trace sa vie, celle de Leela, celle de ses rencontres, de ses espoirs et de ses désillusions. Nous découvrons les souvenirs joyeux, mais aussi les agressions qui ponctuent son parcours.

Le récit, porté par une plume poétique, est émaillé de citations qui mettent en exergue les émotions croisées au fil des pages.

En conclusion, on découvre une superbe illustration, riche de symbolique, qui apporte un réel plus à l’ouvrage.

C’est un texte livré avec justesse, sans pathos, mais sans complaisance non plus.

Je recommande cette biographie à toutes les personnes qui cherchent à plonger dans la psyché d’autrui. La petite voix, c’est l’assurance de vivre un fort moment d’empathie.

Citations :

« Pénible était mon combat. Je savais que jamais je ne serais conforme aux normes de la société dans laquelle je vivais. »

« La culpabilité finissait toujours par m’envahir. »

« Moi-même je peinais à me supporter. »

Un concours de nouvelles !

Salut la lama-team !

Est-ce qu’il y a parmi vous quelques autrices et auteurs ? Oui ? Ça tombe rudement bien, car j’ai un défi à vous proposer…

Il y a peu, L’Ancolibre, de Lézard des Mots est venue me voir avec une chouette proposition : nous associer pour proposer un concours de nouvelles !

En plus, elle me parle de printemps, de nouvelle à chute, de science-fiction, de fantasy et de science-fantasy… Forcément, j’ai dit : OUI !

L’idée, c’est d’associer nos deux maisons d’édition pour coéditer un recueil de nouvelles qui paraîtra au printemps 2023. Parmi les nouvelles reçues (dead-line 31/12/22, minuit), nous sélectionnerons nos 5 préférées qui se verront proposé un contrat d’édition.

Pour participer, il faut bien sûr être dans les thèmes sus-cités, mais aussi respecter nos deux lignes éditoriales (qui sont très compatibles, ne vous inquiétez pas ! Regardez ici et ici.) Les nouvelles devront également faire au minimum 8 000 mots.

Alors, ça vous branche ?

Pour en savoir encore plus, je vous invite à lire les explications de mon collègue le dragon (tout le monde ne peut pas avoir la chance d’être un lama !). C’est juste ici.

Qui est partant·e ?

Chronique : le sang des bravos – Nancy Black

Le sang des Bravos – Nancy Black

Ma chronique :

Je tiens tout d’abord à remercier Nancy Black pour sa confiance et pour m’avoir proposé ce roman en avant-première.

Le sang des Bravos est une dystopie d’anticipation dans un univers cyberpunk. On y suit principalement le personnage d’Andrés, un jeune homme d’une vingtaine d’années issu d’un arrondissement pauvre. La cité est en effet divisée en différents quartiers qui constituent comme un système de castes allant des plus pauvres aux plus aisés. La narration est à la troisième personne omnisciente ce qui permet de découvrir les points de vue des différents personnages que l’on rencontre.

La scène d’ouverture commence directement dans l’action quand Andrés et son androïde, Alice, qu’il considère comme sa meilleure amie, assistent au Carnage : une compétition à la mort qui voit s’affronter chaque année robots humanoïdes et humains.

On apprend rapidement qu’Alice est désignée participante de la prochaine édition de cette compétition, un an plus tard, au grand désespoir d’Andrés qui va tout faire pour empêcher la mort de son amie.

Les thèmes abordés sont variés : la question de l’humanité et de la conscience, l’amitié, la haine, la recherche de la gloire ainsi que celle du sens de la vie.

Le monde et son organisation se dévoilent au fur et à mesure que l’on suit les personnages. Tout se met en place avec légèreté et cela rend la lecture fluide.

Les personnages offrent une diversité de genres et de carnations ainsi que des personnalités bien campées et travaillées.

Le récit est parsemé de touches d’humour dans les réactions des personnages ou le choix du vocabulaire, en dépit des thèmes assez lourds, ce qui donne un peu de souffle à l’ensemble.

Le tout est servi par une plume fluide qui rend cette lecture très agréable.

Je recommande cet ouvrage aux lecteurs et aux lectrices qui recherchent de l’action et des combats dans un univers futuriste dystopique.

Quelques citations :

— Ce qui est injuste, c’est que mis à part les condamnés, les hommes sont volontaires quand ils s’engagent ! Les robots ne sont que du bétail tiré au sort… Alice ne souhaite pas prendre part à ce massacre. Elle aime l’humain, elle voulait que Malik gagne ! La Fédération ne force pas simplement les androïdes à mourir, elle les force à devenir des assassins. Pourquoi seul l’homme devrait avoir le choix ?

Ils s’engagèrent dans un couloir enténébré dont la lisière encadrait une nature morte. Deux maisonnettes beiges, ornées de poutres de bois, étaient éclairées par un lampadaire noir qu’on aurait dit dessiné au fusain. Ils rejoignirent la lumière. Ce qui ressemblait à un tableau devint une petite ruelle pavée de pierres anciennes, offrant à la nuit une lueur chaleureuse. La propreté du sol frappa Andrés. Rien n’y traînait, ni mégot, ni canette écrasée, ni papier, ni entassement de poubelles empilées sur les bords de sentiers. Quelque chose d’artificiel flottait dans le parfum ambiant, quelque chose entre bois et agrume, qui se rapprochait de l’air de Nefer, en étant plus discret et moins sucré. En ne tenant pas compte des passants qui les dévisageaient avec, bien souvent, du mépris, la découverte l’enchanta. Andrés ignorait qu’il existait des rues étroites aussi charmantes, impeccables, et calmes, au sein de Forseti. Dans son arrondissement à lui, on évitait l’exiguïté, considérée risquée en l’absence du soleil.

— On ne sait pas ce qui se passe dans la tête des gens quand ils affrontent ensemble une épreuve telle qu’un Carnage, répondit Alice d’une voix pensive. Et puis, je trouve qu’il est normal de chérir une vie que l’on a sauvée.

— Le fait d’agir dans ton droit ne te donne pas raison, ça ne fait pas de toi un mec correct, articula Émilio.

— Tu n’es personne. Ce n’est pas toi qui décides qui a tort ou qui a raison.

À Forseti, ainsi que dans de nombreuses villes, la justice était comme la solidarité, la gentillesse ou l’honnêteté : des choses pas très sérieuses.

SORTIE LE 14 OCTOBRE 2022

Illustration arabesque : Claire_Giral

Des ouvrages bien finis

Lou-Ann, personnage du roman à paraître en décembre prochain – Rémy Gente

J’avoue tout, j’ai un petit plaisir : celui de réaliser des livres aux finitions travaillées. J’adore notamment préparer des cabochons pour illustrer les en-têtes de chapitres. Récemment, un nouvel artiste est venu rejoindre la lama-team. Il s’agit de Rémy Gente qui a notamment réalisé l’illustration ci-dessus. Rémy travaillera désormais avec moi pour vous préparer des romans aux petits oignons et je remercie chaudement Carole Boucly grâce à laquelle j’ai rencontré cet artiste !

Prêtez-vous attention à ce type de finitions ? Les appréciez-vous ?

Une nouvelle parution

C’est demain le grand jour pour La dernière sorcière d’Imria ! Ce roman de Manoë Paris, initialement paru chez [erminbooks], rejoint la collection Pégasus.

Acceptera-t-elle de sauver le monde qui l’a abandonnée ?

Charlie, orpheline ballottée de famille en famille, a survécu tant bien que mal à son enfance chaotique. Aujourd’hui adulte, elle s’adonne sans remords au vol d’œuvres d’art et de bijoux, activité illicite dans laquelle elle excelle grâce à ses pouvoirs hors du commun. L’espièglerie et la nonchalance qu’elle affiche ne sont néanmoins qu’une facette de sa personnalité, car au fond d’elle se cache une jeune femme seule et blessée qui exprime toute sa rage à travers les sports de combat. Quand un inconnu débarque pour la ramener de toute urgence dans son univers d’origine, celui où la magie existe, elle ne peut lui accorder sa confiance. Au nom de quoi devrait-elle tout risquer, alors que les siens l’ont abandonnée à son sort ?

N’hésitez pas à découvrir les aventures de Charlie et procurez-vous le roman dès aujourd’hui sur mon site, chez votre libraire ou sur votre plateforme en ligne préférée !

Une collection graphique

Vous le savez peut-être, ma collection Platypus a comme particularité d’être illustrée. Aussi, lorsque j’ai acquis les droits pour Atypic love, le roman de Sasha Laguillon, j’ai tout de suite réfléchi à comment mettre en valeur ce beau texte. Rapidement m’est venu en tête le travail de Chloé Harrand avec laquelle je collabore régulièrement. Ses aquarelles me semblaient parfaites pour représenter les personnages principaux que l’on rencontre au fil du récit. Je vous laisse d’ailleurs le découvrir à travers son résumé :

Virée de son lycée suite à un grave incident, Eden rejoint son nouvel établissement en cours d’année. Adieu amis d’enfance et club d’athlétisme, elle doit tout recommencer ! Elle se lie rapidement avec Olivia et Noah, mais son frère jumeau, bien décidé à lui pourrir la vie, ruine ses espoirs d’une scolarité paisible. Si seulement, il n’y avait pas ce secret prêt à lui exploser à la figure à la moindre erreur… Pour ne rien arranger, Eden se pose des questions sur son genre, compliquant davantage les relations avec ses camarades. Comment démêler ses sentiments quand on ne sait plus qui l’on est ?

Atypic Love aborde les problèmes auxquels sont confrontés les ados qui ne rentrent pas dans les cases de la société. Entre amour, amitié, identité et neuroatypie, Eden va devoir trouver des réponses pour se construire, à un âge où l’on ignore encore tout de soi.

N’hésitez pas à réserver votre exemplaire, la sortie est prévue pour le 8 septembre 2022 !