Ma correctrice

Parce que l’autoédition, n’est pas synonyme de solitude, je m’entoure de nombreux professionnels pour mes ouvrages.

Pour la partie correction, après le passage des bêta-lecteurs bénévoles, j’ai choisi de faire appel à un œil humain plutôt que d’opter pour un logiciel. C’est Françoise, de Sans Coquille, qui relit chacun de mes textes.

Ce budget conséquent est capital pour proposer des histoires de bonne qualité car la forme est selon moi aussi importante que le fond.

sans-coquillejpg