Chronique n°81 : De Profundis, Carole Boucly, Jeanne Sélène Éditions.

Une chronique pour De profundis, de Carole Boucly !

Les Avis Livresques de Fleur

Date de sortie : 06 octobre 2022.

RÉSUMÉ :

Qui se cache dans les profondeurs ?

Agnès Belleville est une jeune horlogère de renom. Lorsqu’elle retourne sur l’île bretonne de son enfance pour le travail, nul doute qu’elle devra garder la tête froide pour affronter sa famille avec laquelle elle est restée en mauvais termes. Mais d’inquiétants événements se succèdent bientôt sur l’île et Agnès se retrouve à mener une enquête mêlant présent et passé.

Elle n’est pas au bout de ses surprises et l’ambiance tourne au cauchemar. Une chose est sûre, secrets de famille et légendes locales ne font pas bon ménage et la rationalité d’Agnès pourrait bien en prendre un coup…

Ce roman est présélectionné pour le Prix littéraire de l’imaginaire booksphère 2023 dans la catégorie « adultes ».

DE PROFUNDIS, Carole Boucly, JS Éditions.

Ma Chronique ci-dessous :

Je remercie Jeanne Sélène pour sa confiance renouvelée pour ce Service…

Voir l’article original 318 mots de plus

Une nouvelle parution

C’est demain le grand jour pour La dernière sorcière d’Imria ! Ce roman de Manoë Paris, initialement paru chez [erminbooks], rejoint la collection Pégasus.

Acceptera-t-elle de sauver le monde qui l’a abandonnée ?

Charlie, orpheline ballottée de famille en famille, a survécu tant bien que mal à son enfance chaotique. Aujourd’hui adulte, elle s’adonne sans remords au vol d’œuvres d’art et de bijoux, activité illicite dans laquelle elle excelle grâce à ses pouvoirs hors du commun. L’espièglerie et la nonchalance qu’elle affiche ne sont néanmoins qu’une facette de sa personnalité, car au fond d’elle se cache une jeune femme seule et blessée qui exprime toute sa rage à travers les sports de combat. Quand un inconnu débarque pour la ramener de toute urgence dans son univers d’origine, celui où la magie existe, elle ne peut lui accorder sa confiance. Au nom de quoi devrait-elle tout risquer, alors que les siens l’ont abandonnée à son sort ?

N’hésitez pas à découvrir les aventures de Charlie et procurez-vous le roman dès aujourd’hui sur mon site, chez votre libraire ou sur votre plateforme en ligne préférée !

Les petits plus

Lorsque vous commandez directement sur ma boutique en ligne, j’aime glisser dans votre colis un petit plus. Cela peut être quelques jolis marque-pages, une carte postale, une carte ensemencée…
Bref, j’aime imaginer le plaisir de recevoir un petit plus avec sa commande.

D’ailleurs, puisque j’en parle, je viens juste de commander un lot de cartes postales à l’effigie de De profundis, le prochain roman de Carole Boucly à paraître le 6 octobre 2022. J’ai hâte de les recevoir ! La couverture est encore secrète au moment où j’écris, sauf pour les abonné·e·s à ma newsletter qui l’ont reçue en avant-première ce matin !

Et vous, quels sont vos goodies favoris ?

Chronique n°51: Les Portes d’Asteval, Jeanne Sélène, JS Éditions

Voici un retour qui me met le cœur en joie !

Les Avis Livresques de Fleur

Date de sortie : 09/06/2022

Disponible au Format Numérique.

Merci beaucoup à Jeanne Sélène, pour ce premier Service Presse au Format numérique. Merci pour votre confiance également.

Les Portes d’Asteval, Jeanne Sélène, JS ÉDITIONS.

RÉSUMÉ :

Le destin du prince est entre leurs mains. Leur magie et leur amitié suffiront-elles ?

Mage prometteur, Aeon étudie sous la supervision de la reine Stellya. Insouciant, il partage son temps libre entre ses nombreuses conquêtes et sa meilleure amie : la dylfane Nafeesa avec laquelle il aime tant voler.
Son quotidien se voit pourtant bouleversé quand la reine lui demande de partir à la recherche d’un manuscrit. Seul espoir pour venir en aide au jeune prince tourmenté par un étrange mal, ce document est conservé sur le mystérieux mont Akashikh. Pour le récupérer, Aeon et Nafeesa devront traverser plusieurs pays où la guerre fait rage, mais leur voyage ne s’arrêtera pas là. Leur…

Voir l’article original 281 mots de plus

Pourquoi j’adore mon travail d’éditrice

En fait, j’adore remplir des formulaires sur le site de l’URSSAF Limousin !
Noooooon, je rigole, ça, c’est la partie pas très drôle de l’histoire, car on ne peut pas dire que ce site soit fait pour aider les éditeur·ice·s et les auteur·rice·s. Ceci-dit, j’adore quand je déclare de jolies sommes pour mes auteurs ou autrices. Cela signifie que leur livre s’est bien vendu et c’est une belle récompense pour leur travail !

Alors qu’est-ce que j’aime dans mon boulot ?

Eh bien, pour commencer, j’adore tomber sur une pépite à la lecture des manuscrits. Lorsqu’un récit parvient à me captiver, à me faire vivre des émotions fortes, quand je me projette en train de le défendre bec et ongles ! C’est un sentiment tellement enivrant !

Ensuite, j’adore annoncer à l’auteurice que son titre est retenu puis j’adore lui proposer un contrat et ainsi, une collaboration.

J’adore travailler sur un texte pour le peaufiner, le rendre encore meilleur et imaginer les lecteurs et lectrices en profiter.

J’adore échanger avec la correctrice pour polir encore davantage le texte. Découvrir ses suggestions et son avis.

J’adore préparer les maquettes et dénicher des visuels pour rendre l’ouvrage encore plus attrayant.

Ensuite, quel bonheur de préparer une couverture avec la graphiste et l’auteurice, j’adore ! Je trouve que ce moment permet vraiment de donner vie au livre.

J’adore proposer des services de presse et, même si je stresse toujours un peu, j’adore lire les premiers retours et les partager avec l’autrice ou l’auteur lorsqu’ils sont bons.

J’adore quand je reçois le stock imprimé et que je tiens le livre entre mes mains. Et quand j’imagine la joie de l’autrice ou de l’auteur qui fait de même !

J’adore préparer la sortie, découvrir les ventes, préparer les colis avec des petites surprises.

J’adore défendre le livre auprès des libraires et des lectrices et lecteurs. J’adore le voir sur ma table en salon ou festival…

J’adore, j’adore, j’adore !

Bref, j’adore mon métier, j’ai vraiment une chance incroyable, n’est-ce pas ?!

Pourquoi j’adore les salons

En tant qu’autrice comme en tant qu’éditrice, j’adore les salons du livres et tous les autres événements me permettant d’exposer mes ouvrages (oui, j’assume le possessif, les livres que je défends sont un peu comme les miens, pas au sens où je m’approprie leur existence, mais au sens où je les couve et les accompagne jusqu’à ce qu’ils volent de leurs propres ailes. J’ai un côté mère-poule avec les livres et leurs auteurices).

Mais revenons-en aux événements livresques : quel bonheur d’aller à votre rencontre lecteurs et lectrices ! Pouvoir vous montrer chaque ouvrage, trouver celui qui vous correspondra le plus, prendre le temps de vous connaître pour mieux cibler… J’adore !

Lorsque c’est possible, c’est aussi l’occasion de recevoir un auteur ou une autrice pour des dédicaces. Et ça, c’est tellement chouette ! Vivre un moment IRL avec une personne dont on défend le travail, c’est vraiment très fort !

Et vous, aimez-vous participer à ces événements ? Pour quelle(s) raison(s) ?

Comment j’ai choisi ma correctrice

C’était en 2014, et je cherchais un ou une correctrice pour mon roman de fantasy Balade avec les Astres. À ce moment-là, je suivais avec gourmandise la créatrice de contenu culinaire : Melle Pigut. Elle venait de sortir un nouveau livre de recettes et évoquait sa correctrice. Ni une ni deux, j’ai sauté sur l’occasion et demandé un devis à Françoise.

J’ai adoré travailler avec elle. Sa correction était précise et pertinente. Elle ne lésinait pas sur les recherches lorsque le besoin s’en faisait sentir. Ainsi, j’ai continué à travailler avec elle de roman en roman et d’album en album.

Tout naturellement, c’est à elle que j’ai fait appel lorsque j’ai lancé JS Éditions. Aujourd’hui, elle corrige chaque ouvrage qui paraît dans ma maison d’édition et c’est toujours un plaisir de travailler avec elle !

Les coulisses de JS Éditions : comment je choisis les manuscrits

Ça, c’est la grande question ! C’est vrai, pourquoi tel livre et pas un autre ?

Quand je reçois un manuscrit, je m’assure dans un premier temps qu’il rentre dans ma ligne éditoriale. Mettons, pour la collection Pégasus, je vais vérifier qu’il s’agit bien d’un roman d’imaginaire. Cela peut être de la science-fiction, de la fantasy, du fantastique ou de l’horreur. Les auteurs et autrices doivent me fournir ce que l’on appelle un synopsis, c’est-à-dire un résumé de tout le livre et cela me permet de voir en très peu de temps si le déroulé du livre est susceptible de me plaire.

J’aime aussi quand l’auteur ou l’autrice m’écrit une note d’intention, qui me parle du sous-texte et qui me présente les personnages. Pour me faire fondre, l’idéal est vraiment que ces personnages représentent la diversité du monde et notamment les personnes trop souvent oubliées dans les fictions. C’est dans un dernier temps seulement que je m’attaque à la lecture de l’œuvre, et là, je me laisse guider par mes coups de cœur. J’attends d’éprouver des émotions fortes et de m’attacher au monde et/ou aux personnages. J’aime être surprise, déstabilisée ou au contraire trouver une lecture doudou… Le style aura bien sûr de l’importance, mais je sais qu’un travail éditorial peut toujours améliorer un texte, si l’histoire en vaut la peine.

Bref, les raisons de ma sélection pourront être très différentes d’un livre à l’autre, mais le choix reste purement subjectif. Les livres rejetés ne sont pas moins bons, ils sont juste moins pour ma maison et moi.

Et vous, qu’est-ce qui fait fondre votre cœur de lecteur ou de lectrice ?

Dans les coulisses d’une petite maison d’édition

Hello tout le monde !

Ça vous dit de rentrer avec moi dans les coulisses d’une petite maison d’édition ? Si vous aimez lire, j’imagine que vous êtes un peu curieux et curieuse de la manière dont on fait les livres, non ?
Alors ça tombe bien, car je m’appelle Jeanne Sélène et, en plus d’être autrice, je suis l’éditrice de JS Éditions (ouaip, j’ai cherché le nom très longtemps, vous avez vu ça !).

Ma maison contient deux collections : l’une autour des mauvais genres de la SFFFH (science-fiction, fantasy, fantastique et horreur) et l’autre autour d’ouvrages plus contemporains, mais avec une part graphique plus ou moins prononcée (de la BD au recueil de poèmes illustré). Elles se nomment respectivement la collection Pégasus et la collection Platypus.
On pourrait presque parler d’une troisième collection, pour mes propres ouvrages, mais je préfère parler d’autoédition, c’est bien plus adapté et ça, c’est une autre histoire… (Pour tout savoir sur l’autoédition, si c’est davantage ce qui vous intéresse, je vous conseille de suivre ma collègue Nathalie Bagadey.)

Un maison d’édition, c’est avant tout une équipe. Elle peut ressembler à une chanson de Renaud (🎵je suis une éditrice, à moi toute seule, je suis une éditrice, je m’fends la gueule🎵) ou à une scène de sexe dans Sense8. Chez moi, on est plus proche de Renaud puisque je suis la seule réelle membresse de la maison. Par contre, je m’entoure d’autres professionnels qui travaillent avec moi en freelance. Il s’agit de ma correctrice et de ma graphiste. (Je vous parlerai dans un autre épisode des auteurs et des autrices.)

Je bosse depuis mon domicile et j’alterne au niveau des posts de travail (c’est meilleur pour ma santé !) ainsi, vous pouvez me trouver au choix : dans mon bureau, dans ma cuisine, dans mon canapé, dans ma salle à manger (là où il y a un rayon de soleil) ou plus souvent à la machine à café (faut c’qui faut !).

Les locaux se composent donc d’espaces où poser un ordinateur, mais aussi de différents lieux de dépôt pour les cartons de livres. À savoir : mon bureau, ma salle à manger, mes WC (bref, j’exploite tout mètre carré inoccupé).

J’espère que cette visite virtuelle vous aura plu. Je vous retrouve la semaine prochaine pour en savoir plus sur le fonctionnement d’une petite maison d’édition !