Les coulisses de JS Éditions : comment je choisis les manuscrits

Ça, c’est la grande question ! C’est vrai, pourquoi tel livre et pas un autre ?

Quand je reçois un manuscrit, je m’assure dans un premier temps qu’il rentre dans ma ligne éditoriale. Mettons, pour la collection Pégasus, je vais vérifier qu’il s’agit bien d’un roman d’imaginaire. Cela peut être de la science-fiction, de la fantasy, du fantastique ou de l’horreur. Les auteurs et autrices doivent me fournir ce que l’on appelle un synopsis, c’est-à-dire un résumé de tout le livre et cela me permet de voir en très peu de temps si le déroulé du livre est susceptible de me plaire.

J’aime aussi quand l’auteur ou l’autrice m’écrit une note d’intention, qui me parle du sous-texte et qui me présente les personnages. Pour me faire fondre, l’idéal est vraiment que ces personnages représentent la diversité du monde et notamment les personnes trop souvent oubliées dans les fictions. C’est dans un dernier temps seulement que je m’attaque à la lecture de l’œuvre, et là, je me laisse guider par mes coups de cœur. J’attends d’éprouver des émotions fortes et de m’attacher au monde et/ou aux personnages. J’aime être surprise, déstabilisée ou au contraire trouver une lecture doudou… Le style aura bien sûr de l’importance, mais je sais qu’un travail éditorial peut toujours améliorer un texte, si l’histoire en vaut la peine.

Bref, les raisons de ma sélection pourront être très différentes d’un livre à l’autre, mais le choix reste purement subjectif. Les livres rejetés ne sont pas moins bons, ils sont juste moins pour ma maison et moi.

Et vous, qu’est-ce qui fait fondre votre cœur de lecteur ou de lectrice ?

Dans les coulisses d’une petite maison d’édition

Hello tout le monde !

Ça vous dit de rentrer avec moi dans les coulisses d’une petite maison d’édition ? Si vous aimez lire, j’imagine que vous êtes un peu curieux et curieuse de la manière dont on fait les livres, non ?
Alors ça tombe bien, car je m’appelle Jeanne Sélène et, en plus d’être autrice, je suis l’éditrice de JS Éditions (ouaip, j’ai cherché le nom très longtemps, vous avez vu ça !).

Ma maison contient deux collections : l’une autour des mauvais genres de la SFFFH (science-fiction, fantasy, fantastique et horreur) et l’autre autour d’ouvrages plus contemporains, mais avec une part graphique plus ou moins prononcée (de la BD au recueil de poèmes illustré). Elles se nomment respectivement la collection Pégasus et la collection Platypus.
On pourrait presque parler d’une troisième collection, pour mes propres ouvrages, mais je préfère parler d’autoédition, c’est bien plus adapté et ça, c’est une autre histoire… (Pour tout savoir sur l’autoédition, si c’est davantage ce qui vous intéresse, je vous conseille de suivre ma collègue Nathalie Bagadey.)

Un maison d’édition, c’est avant tout une équipe. Elle peut ressembler à une chanson de Renaud (🎵je suis une éditrice, à moi toute seule, je suis une éditrice, je m’fends la gueule🎵) ou à une scène de sexe dans Sense8. Chez moi, on est plus proche de Renaud puisque je suis la seule réelle membresse de la maison. Par contre, je m’entoure d’autres professionnels qui travaillent avec moi en freelance. Il s’agit de ma correctrice et de ma graphiste. (Je vous parlerai dans un autre épisode des auteurs et des autrices.)

Je bosse depuis mon domicile et j’alterne au niveau des posts de travail (c’est meilleur pour ma santé !) ainsi, vous pouvez me trouver au choix : dans mon bureau, dans ma cuisine, dans mon canapé, dans ma salle à manger (là où il y a un rayon de soleil) ou plus souvent à la machine à café (faut c’qui faut !).

Les locaux se composent donc d’espaces où poser un ordinateur, mais aussi de différents lieux de dépôt pour les cartons de livres. À savoir : mon bureau, ma salle à manger, mes WC (bref, j’exploite tout mètre carré inoccupé).

J’espère que cette visite virtuelle vous aura plu. Je vous retrouve la semaine prochaine pour en savoir plus sur le fonctionnement d’une petite maison d’édition !

Collection Pégasus

Puisque la maison d’édition pour laquelle je travaillais allait bientôt fermer ses portes, je n’ai pas pu résister : j’ai créé une nouvelle collection dans ma propre maison d’édition, JS Éditions.

Cher lecteur et lectrices, souhaitez la bienvenue à la collection Pégasus ! Spécialisée en SFFFH (science-fiction, fantastique, fantasy, horreur) !

Le logo de la collection Pégasus

Le petit plus de cette collection, c’est qu’elle a pour vocation de présenter des personnages atypiques (handicapés, racisés, LGBT+), sans que cela ne soit le nœud de l’histoire.

Si vous êtes auteur ou autrice et que vous avez un manuscrit à proposer, rendez-vous juste ici : soumission des manuscrits. Les contrats proposés sont bien sûr à compte d’éditeur !

Longue vie à Pégasus !

Le voyage du chat, Chloé Harrand

Une très belle chronique au sujet du Voyage du chat que je publie cette année !

Takoubook

Chloé Harrand est une illustratrice freelance. Formée à L’Institut Supérieur des Arts Appliqués, elle monte plusieurs projets de bande dessinée. Le voyage du chat est le dernier sorti.


Titre:Le voyage du chat
Auteure: Chloé Harrand
Maison d’édition: Jeanne Sélène
Date de publication: 1 mai 2021
Nombre de pages: 64

Résumé:
Pas facile de se découvrir un beau matin dans le corps d’un humain, surtout lorsqu’on est un chat plutôt tranquille ! Accompagné de Doudou, une peluche ornithorynque un brin magique, notre ex-félin retrouvera-t-il sa routine adorée ?Le voyage du chat est une bande dessinée écrite par Chloé Harrand. Elle raconte l’histoire d’un chat transformé en humain et s’adresse à tous, adultes comme enfants.


On plonge dans une histoire un peu loufoque où un chat transformé en humain découvre le monde. L’histoire est assez originale. Elle est légère et mignonne. Je pense que c’est un bande dessinée doudou. C’est ce…

Voir l’article original 448 mots de plus

Le guide du parfait petit contributeur

success-fr.78953d052e25

Vous le savez sûrement, je commence à être une habituée des campagnes de financement participatif. J’ai à mon actif 7 projets dont 7 financés « avec succès ». J’ai choisi la plateforme Ulule, qui me semblait la plus connue et avec une image de « sérieux » pour la plupart des potentiels contributeurs.

Pourquoi choisir ce mode de financement ?

Comme vous avez pu le constater, je n’utilise pas le crowdfunding pour tous mes projets. En effet, c’est un modèle que je privilégie lorsque je vais être confrontée à de gros frais. Il me tient à cœur de rémunérer mes partenaires le plus justement possible, notamment les illustrateurs·trices. Payer un·e professionnel·le dans le cadre d’un album jeunesse représente d’importants frais et mes revenus ne sont pas suffisants pour me permettre d’avancer de telles sommes. Ainsi, mes campagnes Ulule sont avant tout présentes pour que les artistes puissent vivre de leur travail. En général, je place des paliers plus hauts pour améliorer la qualité de l’ouvrage (couverture cartonnée, impression écologique, etc.). Quant à me payer moi ? Euh… Joker ! J’irai courir les salons et les dédicaces à la fin du confinement !

Illustration de couverture du Camion de Marion

Pourquoi ce billet ?

Lors de ma dernière campagne pour les précommandes de l’album « Le camion de Marion » (illustré par Elen Lescoat), j’ai bénéficié d’un soutien extraordinaire de la part de mes proches : ami·e·s, collègues, famille, followers. C’était incroyable de recevoir toute cette bienveillance, d’autant plus que la promotion a été moralement très difficile pour moi.

Je me suis dit que cela pourrait intéresser des gens de savoir comment être le·a parfait·e contributeur·trice pour un projet qui vous tient à cœur ! Mes conseils ne reflètent que mon expérience personnelle, je n’ai fait aucune recherche avec une démarche scientifique/statistique, mais je pense que cela reste intéressant malgré tout.

Couverture Papa et PapouRVB moyen

Alors, on commence ?

Le coup de cœur ! Vous tombez sur un projet qui vous fait vibrer, ou vous voulez soutenir une personne que vous aimez…

  1. Si vous pouvez et voulez participer financièrement, faites-le le plus vite possible. D’abord parce que ça donnera un courage de fou au meneur·se de projet, mais aussi parce que cela fera monter plus rapidement ce projet sur le site de crowdfunding.
  2. Si vous avez le choix, privilégiez un paiement CB à un paiement PayPal : un intermédiaire de moins, plus de sous pour le·a porteur·euse de projet !
  3. Laissez un commentaire, même succinct. Non seulement c’est bon pour le moral (et hop, dans la tête, c’est bon-bon), mais en plus, cela donne du poids au projet.
  4. Parlez-en sur vos réseaux sociaux en privilégiant des posts où vous expliquez pourquoi vous aimez ce projet. Un lien partagé sans texte a souvent un faible impact.
  5. Si vous faites partie de groupes où le projet est susceptible de plaire. Parlez-en en argumentant brièvement. Faites bien attention aux conditions de publication, beaucoup de groupes refusent les liens vers des cagnottes.
  6. Envoyez des courriels, des SMS ou des MP à vos proches s’ils peuvent aimer eux-aussi le projet.
  7. Si vous connaissez une personne influente, n’hésitez pas à lui faire part du projet. Surtout si le thème est dans son champ d’intérêt.
  8. Si vous êtes vous-même porteur de projets, vous pouvez parler à vos contributeurs d’autres projets, sans les noyer, bien évidemment !

Bien sûr, vous n’êtes pas obligés de tout faire, mais juste un point peut représenter une aide énorme ! N’hésitez pas à poster d’autres idées en commentaire.

Merci à tous et toutes pour vos soutiens passés et à venir…

Si j'avais un ami Lama Jeanne Sélène Chloé Harrand Sheonandbooks

Le camion de Marion : un projet Ulule à soutenir

Merci à Audrey de parler de notre album à venir ! ❤

Illustration de couverture du Camion de Marion Illustration de couverture du Camion de Marion

Bonjour,

Si sur mon blog je partage plutôt mes actus d’écrivain, des petites anecdotes ou des chroniques de livres de SF, j’ai eu envie d’utiliser cet espace pour soutenir le projet d’une amie autrice jeunesse.

En effet Jeanne Sélène lance avec la dessinatrice Elen Lescoat la création d’un album jeunesse Le camion de Marion, ceci pour diversifier l’offre de ce type de livres qui est souvent très genrée.

Le genre de livres pour enfant qui me sort par les yeux

J’adore déjà les dessins de Elen Lescoat (j’ai des posters et ses autres albums jeunesse chez moi) et j’ai toute confiance dans la plume de Jeanne, ancienne orthophoniste, qui a prévu un texte axé sur des jeux de sons et de rimes. Ce livre est prévu pour les 3-6 ans mais je lis des livres à mon fils depuis sa naissance et maintenant…

Voir l’article original 25 mots de plus

RÉFLEXION – Quand COVID-19 menace la littérature…

Un article très juste !
Merci à tous ceux et toutes celles qui nous soutiennent.

OmbreBones

Bonjour à tous !
Y’aura pas de VendrediLecture aujourd’hui mais on va quand même parler de littérature et d’un sujet grave, d’actualité. Hier, j’ai posté dans le groupe du Printemps de l’Imaginaire francophone pour inciter les participants au challenge à quelque chose de très simple (je sais, t’es en suspens là). Entre temps, mon message a été relayé par plein d’auteurs et d’éditeurs, avec une ampleur dont j’ai été la première surprise. Mais tant mieux ! Suite à ça, j’ai également écrit un thread sur Twitter mais au cas où tu vis dans une grotte, je me suis dit que c’était l’occasion de ressortir les réflexions de l’ombre du placard.

Comme dirait l’incontournable Max Bird… Reprenons depuis le début.

Pendant la foire du livre de Bruxelles, j’ai discuté avec pas mal d’éditeurs qui s’inquiétaient de l’annulation en chaîne des salons. Made In Asia (Belgique), Livre Paris, Bondues, et je ne…

Voir l’article original 572 mots de plus

Child Trip de Jeanne Sélène

Un premier retour de lecture pour mon nouveau roman ! ❤
Merci Nisa !

Nisa lectures

Description (source Amazon) :

Deux lignes roses sur un test.
C’est comme ça que tout commence.
Et deux lignes roses, c’est déjà une de trop, surtout pour Solange…
Solitaire, nomade et libre, est-elle prête à remettre sa vie en question ?

couverture-child-trip-bdj.pg_

Mon avis :

J’ai eu une chance folle, celle de lire ce livre en bêta-lecture. Je crois que je n’aurais jamais réussi à tenir jusqu’à sa sortie officielle sinon (vous savez comme j’aime les écrits de Jeanne !).

Mais j’avais un peu peur aussi, peur que ce soit trop dur pour moi cette histoire de mère seule étant donné que c’est une situation que je vis depuis de très nombreuses années. Surmonter une grossesse seule, accoucher seule, être seule au début. Etre seule après, je sais ce que sait.

Alors ?
Alors j’ai été complètement embarquée, émue, bouleversée mais dans le très positif. Encore une fois, Jeanne s’emploie à…

Voir l’article original 238 mots de plus